Souvent, la vie est si dure que la seule façon de s’en sortir est de se fermer sur le plan émotionnel. Le détachement émotionnel est identique à la mise en pilote automatique. Vous enclenchez les manœuvres, mais vous êtes distancié et vous ne ressentez rien du tout. C’est un mécanisme de défense pour éviter de ressentir les émotions négatives intenses qui accompagnent la blessure émotionnelle.

Les murs ne protègent pas toujours

Les personnes qui ont eu une enfance marquée par la violence ou la négligence sont tout particulièrement capables de faire preuve de détachement affectif. Quand on est enfant, on est à la merci de ses parents. On ne peut pas vraiment les échanger et en obtenir de nouveaux. Une des façons communes de supporter des parents instables, tantôt gentils, tantôt en colère, est de savoir se détacher sur le plan affectif. C’est presque comme fermer une maison et entrer dans une autre avec des murs plus épais. Vous vous sentez plus en sécurité, vous êtes capable de vous protéger et de ne plus rien ressentir.



Bien sûr, ce mécanisme de défense de l’enfant ne fonctionne pas nécessairement à l’âge adulte et peut causer l’aliénation et l’isolement. Arrêter ce détachement affectif est très délicat, car c’était une stratégie fort utile quand on était enfant. Par contre, en tant qu’adulte, vous êtes bien plus fort. Vous avez bien plus de choix que lorsque vous étiez plus jeune. Pourtant, il peut être malaisé de se défaire de vos vieilles habitudes.

Ainsi, il arrive souvent que cet enfant en nous prenne le relai à nouveau. C’est le cas, notamment, lorsque nous sommes confrontés à des abus ou des négligences similaires de la part de proches.

Comment surmonter le détachement émotionnel ?

  • Ne vous isolez pas
  • Essayez de ne pas trop réfléchi
  • Sachez qu’il est bon de prendre du temps pour vous
  • Focalisez-vous sur ce qui est positif dans votre vie
  • Ne refoulez pas vos émotions

L’une des pires choses que vous puissiez faire est de vous isoler. C’est malheureusement ce que la plupart d’entre nous faisons quand nous nous sentons attaqués. Nous ne voulons pas être un fardeau et les autres ont leurs propres difficultés. Parler aux personnes de notre entourage est parfois difficile. Tournez-vous vers un bon thérapeute ou un professionnel qui saura vous écouter.

Ne vous apitoyez pas sur vos pensées. Essayez de passer à l’action. Allez au gymnase, prenez soin de vous et tenez-vous occupé. Reconnaissez que vous êtes vulnérable. Surmontez cet état de fait et essayez de prendre les mesures qui s’imposent. Peu importe s’il ne s’agit que de prendre une douche et de sortir de la maison à pied chaque jour. Essayez de progresser lentement au fil du temps – ce sont les petits pas qui font la différence.

Vous êtes humain. Nous connaissons tous des moments où la vie nous rattrape. Certains vont en désintoxication, d’autres sont dépendants, d’autres se retirent dans des lieux reculés. N’ajoutez pas à la pression en vous sentant coupable. Acceptez que vous ayez besoin d’être rempli de compassion et donnez-vous le temps et l’espace nécessaires pour vous rétablir. Vous n’êtes pas parfait, personne ne l’est.

Les apparences sont maintes fois trompeuses. Que vous soyez proactif, réactif ou que vous ne fassiez rien ; tout ce que vous traversez est susceptible de se transformer,

Apprenez à vivre avec vos émotions

Nous ne supprimons pas nos émotions quand nous essayons de ne pas éprouver de sentiments. Elles ne disparaissent pas. Plus vous fuirez les émotions désagréables, plus elles vous contrôleront. Acceptez-les ! Vous serez plus à l’aise et plus confiant. En utilisant une stratégie d’évitement, vous vous transmettez le message que vous ne pouvez pas affronter les émotions intenses, telles que la peur, la culpabilité, la honte…

En restant isolé émotionnellement, vous ne vivez pas, vous survivez ! Tendez la main aux autres. Faites de toutes petites actions chaque jour pour aller de l’avant et, surtout, ne soyez pas dur avec vous-même. Nous sommes tous dans le même bateau.

La Plume de DevPerB