Les mauvaises habitudes peuvent être difficiles à effacer. La pleine conscience est la clé du changement de nos mauvaises habitudes, car elle nous permet de prendre conscience de ces habitudes néfastes insinuées en nous de manière latente. La pleine conscience est un point de départ. En effet, ouvrir les yeux sur nos mauvaises habitudes aide à entrevoir la façon dont nous allons agir sur celles-ci. Quelles sont les actions que je vais mettre en œuvre pour changer les choses ?

Quand nous faisons la même chose de manière répétée – au même moment, au même endroit, avec les mêmes personnes ou émotions – le cerveau assigne ce comportement à un mécanisme de fonctionnement cérébral déterminé. Ce mécanisme du cerveau se doit de répondre de manière rapide et automatique au stimuli externe générant notre habitude. Ainsi, l’habitude est alors fixée dans la partie la plus primitive de notre cerveau, celle qui contient nos réactions de survie ou de fuite face au danger, par exemple. C’est ce qui explique qu’il soit très difficile de se débarrasser de nos mauvaises habitudes.

La voie de la pleine conscience

Nous pouvons changer nos habitudes, même si elles sont fortes et bien établies. L’une des clés du changement de nos mauvaises habitudes est de rendre le comportement sensible, ou de lui donner forme. C’est pourquoi, la pleine conscience est une notion essentielle afin de dépasser nos mauvaises habitudes. Elle permet précisément, par nature, de se rendre compte des comportements et des activités qui sont devenus automatiques et invisibles.

Si vous avez de la difficulté à vous défaire d’une mauvaise habitude, alors il faut essayer de modifier le fonctionnement intrinsèque de votre cerveau. Celui-ci est construit de manière à adopter des habitudes consommant le moins possible d’énergie mentale. Le développement d’une pensée critique ou bien une prise de décision consciente est bien plus gourmande pour votre cerveau. Aussi, votre cerveau se défendra avec vigueur contre toute perspective de changement ou d’élimination de vos mauvaises habitudes.

Pour sortir votre cerveau de ce schéma, trouvez un moyen de rééquilibrer votre comportement en fonction de vos croyances. Une stratégie pouvant vous aider consiste à faire une analyse coûts-avantages. En l’espèce, il s’agit de mettre l’accent sur le bénéfice du retrait d’une habitude afin d’éclipser un raisonnement erroné qui vous pousserez à vous y accrocher. Savoir que quelque chose est malsain, mais trouver des raisons de continuer à le faire de toute façon, est une dissonance cognitive classique.

Identifiez le déclencheur de vos mauvaises habitudes

Quand un comportement devient une mauvaise habitude, il est presque toujours déclenché par quelque chose. L’identification du déclencheur est la première étape pour éviter le comportement qui en résulte. Quand il s’agit de créer de nouvelles et meilleures habitudes, l’automaticité est votre objectif, et elle se construit petit à petit. Pour mettre cela en pratique, il faut d’abord choisir un déclencheur. Le secret, c’est de commencer avec quelque chose qui semble tout à fait faisable ; même si vous n’en avez pas vraiment envie. A titre d’exemple, si l’on souhaite se mettre à faire du sport, on peut commencer par aller marcher chaque jour 20 minutes.

Une grande partie de la construction de nos mauvaises habitudes est liée aux émotions – en particulier, les individus se conditionnent pour réagir aux émotions en adoptant certaines attitudes. Une réponse émotionnelle est très compliquée à changer. Vous devez d’abord vous concentrer sur le résultat à obtenir et ensuite choisir une posture adéquate qui vous aidera à remplir votre objectif. A titre d’exemple, lorsque vous sortez de votre lit le matin, si vous vous dites intérieurement « Ce sera une journée formidable », alors votre journée aura davantage de chance de tendre vers le bonheur et l’optimisme.

Maîtrise de soi et patience

Une forte maitrise de soi est nécessaire pour rompre le cycle des mauvaises habitudes. A contrario, c’est souvent lorsque l’on se sent mal ou que la détresse nous gagne, que notre cerveau primitif refait surface. Comme par réflexe, nous perdons la maitrise de nos émotions et nous sommes ainsi conditionnés à retomber dans le cercle vicieux de nos mauvaises habitudes.

Beaucoup explique que pour effacer de mauvaises habitudes, il faut une éternité. Même s’il y a une part de vérité dans cette affirmation, cela ne doit pas être la base de vos préoccupations. Il faut parfois des années pour changer des habitudes ou en forger de nouvelles qui s’appuient sur des objectifs clairs. Pour autant, la patience est une vertu qui ne peut que conduire à des changements durables et bénéfiques. Investir en soi-même sur le long terme, c’est faire le meilleur des choix pour vous, pour vos proches, pour vos projets.

Un nouveau paradigme intérieur pour rompre avec les mauvaises habitudes

Nous essayons souvent d’échapper au désespoir de la vie. A l’intérieur, nous nous sentons seuls et vides. Pour pallier à ce vide, nous nous remplissons de mensonges ou de foutaises issues des réseaux sociaux. Pourtant, si vous souhaitez avoir une réelle utilité pour le peu de temps que vous passez sur cette Terre à l’échelle de l’humanité, il est peut-être temps d’adopter un style de vie différent. Laissez donc toutes ces mauvaises habitudes derrière vous et commencez à construire une vie faite d’actions positives.

Il vous faut comprendre qu’il ne s’agit pas de faire émerger une nouvelle personne. Ce que vous souhaitez être, vous l’étiez déjà avant que le négatif et les habitudes toxiques s’installent. Le gouffre n’est pas si abyssal. Il est d’ailleurs très peu probable qu’une mauvaise habitude perdure toute votre vie, car au commencement elle ne faisait pas partie de vous. Il est donc forcément facile d’effacer l’ensemble des mauvaises habitudes qui touchent votre existence puisqu’à l’origine elles n’existaient pas en vous.

La Plume de DevPerB