Contrairement aux jeunes enfants, qui doivent apprendre à réguler leurs émotions, on s’attend à ce que nous, les adultes, gérions les nôtres, en particulier nos émotions négatives comme l’anxiété, la colère et la frustration. Pourtant, il nous arrive à tous de nous sentir dépassés émotionnellement et de laisser nos sentiments contrôler nos actions. Lorsque cela se produit, nous regrettons souvent ce que nous disons ou faisons et nous souhaiterions avoir été en mesure de réguler nos émotions.

Quand des événements malheureux se produisent, il nous arrive parfois de ruminer ces événements, de penser à ce qui s’est passé – ou aurait pu se passer – encore et encore. Souvent, ce sont ces cycles de pensées qui exacerbent nos émotions, et non l’événement en lui-même. Ainsi, pour réguler nos émotions, nous avons juste besoin de cesser d’avoir ces pensées qui les provoquent. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire.



Les réactions disproportionnées

Lorsque nous ne savons pas correctement réguler nos émotions, nous réagissons à des événements négatifs relativement légers d’une manière exacerbée sur le plan émotionnel. Nous pouvons pleurer, crier, accuser ou blâmer notre entourage. De plus, nous adoptons également des comportements agressifs passifs qui peuvent perturber nos relations sociales et accentuer les conflits.

Les émotions primaires sont souvent des réactions tout à fait naturelles aux événements qui se produisent autour de nous, comme être triste quand un être cher meurt, ou en colère quand quelqu’un est grossier envers nous. Les émotions secondaires peuvent nous pousser vers des comportements destructeurs et inadaptés, ce qui rend essentiel d’apprendre à accepter notre émotion primaire sans que nous ne soyons jugés pour l’avoir ressenti. C’est un constat nécessaire si l’on souhaite réguler ses émotions correctement.

Réguler nos émotions dans un contexte cérébral tendu

Notre cerveau a également des difficultés à prendre des décisions rationnelles lorsque nous ne parvenons pas à réguler nos émotions. C’est la raison pour laquelle vous ne devez pas vous laisser accabler par vos émotions. Prenez une pause et soufflez ! Ce moment de respiration permet de diminuer l’effet de certaines émotions intenses et donc d’être plus clairvoyant sur la suite des événements.

De manière paradoxale et pour réguler nos émotions, le fait d’accepter que nous ressentions des émotions plutôt que de dénier en ressentir est la clef d’une vie plus sereine. En acceptant la souffrance, nous cessons de fuir des émotions difficiles et nous les affrontons. Il est ainsi possible de relativiser la situation et de faire face à une réalité beaucoup moins insurmontable que prévue. Réguler nos émotions implique que nous sollicitions notre responsabilité dans le processus de création de celles-ci.

Respirez profondément, placez votre corps dans une position ouverte, acceptante, et laissez aller les pensées ou sentiments qui combattent la réalité. Pratiquez des exercices de méditation de manière à annoncer au monde que vous acceptez de le ressentir. C’est parce que vous ressentez votre environnement que vous avez des émotions et elles doivent d’être acceptées en tant qu’indice de notre appartenance à un univers commun. Notre environnement agit sur nous et nous sur lui. Pour pouvoir réguler vos émotions, il vous faut d’abord appréhender cet espace comme un lieu d’échanges réciproques.

La réalité quotidienne

Bien que cela semble être une technique psychologique complexe, réguler nos émotions est en fait un processus mental et comportemental simple que beaucoup d’entre nous font déjà, consciemment et inconsciemment. Par exemple, beaucoup de gens font des promenades ou écoutent de la musique pour se calmer. Il arrive également que nous étouffions un rire quand quelque chose d’involontairement drôle arrive dans un environnement sérieux.

La régulation émotionnelle est une démarche éminemment individuelle. Certains ont été élevés de façon à avoir une excellente capacité d’adaptation quand ils étaient enfants, tandis que d’autres n’ont reçu que peu ou pas de conseils en matière de comportement individuel et d’appréhension des émotions. Pourtant, savoir réguler nos émotions est une compétence qui peut donc être apprise et améliorée par la pratique. La méditation est l’une des nombreuses méthodes utilisées, tout comme les exercices de respiration ou la pleine conscience.

Les émotions que nous éprouvons peuvent avoir un impact profond sur notre vie, tant sur le plan personnel que professionnel. Elles peuvent non seulement dominer notre vie intérieure, mais elles peuvent aussi avoir un impact sur nos relations avec les autres. Parce qu’elles font partie intégrante de notre vie, il est important pour nous de pouvoir les contrôler. Lorsque nous le faisons, nous améliorons notre vie ainsi que celle de nos proches.

La Plume de DevPerB